Skip to Content

Quel est le meilleur traitement pour l’acné hormonale ?

Quel est le meilleur traitement pour l’acné hormonale ?

Lorsque vous entendez les termes « acné hormonale », vous pensez probablement à ces boutons profonds, super rouges et douloureux qui vous ont tourmenté pendant votre adolescence.

Mais pour de nombreuses personnes, ces éruptions ne sont pas qu’un lointain souvenir. Malheureusement, l’acné hormonale peut encore se manifester bien plus tard dans votre vie (et juste à temps pour faire échouer le mariage auquel vous étiez invitée).

En fait, l’acné hormonale est plus fréquente chez les femmes adultes âgées de 20 à 40 ans. D’ailleurs, on pourrait penser que vous êtes tranquille après la quarantaine, mais que nenni…

Vous pouvez même avoir des éruptions de colère autour de la ménopause en raison de la fluctuation des hormones dans votre corps.

Alors, si vous souffrez d’acné adulte, comment savoir si ces poussées soudaines au menton sont d’origine hormonale ou s’il s’agit simplement d’une plaque de boutons typique ?

Il y a quelques éléments spécifiques que les dermatologues recherchent lorsqu’ils essaient de déterminer ce qui se cache derrière ces vilaines bosses. 

À lire aussi : Ride du sourire : comment prévenir naturellement son apparition ?

À quoi ressemble exactement l’acné hormonale ?

Tout d’abord, il est important de comprendre la différence entre l’acné hormonale et les bons vieux boutons. L’acné hormonale est intrinsèquement liée (vous l’avez deviné) à vos hormones, ce qui entraîne des « éruptions cycliques » qui coïncident généralement avec le cycle menstruel d’une personne.

Elle peut également correspondre à d’autres changements hormonaux dans votre vie, ce qui signifie que votre acné de la ménopause ou vos boutons du post-partum pourraient être d’origine hormonale.

Une chose importante à noter : l’acné hormonale n’est techniquement pas un terme médical. Cependant, lorsqu’une personne a tendance à avoir des poussées d’acné très spécifiques au moment de ses règles ou lorsque son corps subit d’importants changements hormonaux pour d’autres raisons, les dermatologues parlent généralement d’acné hormonale.

Quels sont les symptômes de l’acné hormonale ?

Pendant la puberté, l’acné hormonale apparaît souvent sur la zone T, qui comprend le nez, le menton et le front. Chez les adultes, l’acné hormonale peut commencer sur la partie inférieure du visage, qui comprend la mâchoire et le bas des joues.

Un bouton hormonal peut apparaître sous forme de comédons, qui sont de deux types : les points blancs et les points noirs.

Les points noirs (comédons ouverts) s’ouvrent à la surface de la peau et ils apparaissent noirs après l’interaction du sébum avec l’air.

Les points blancs (comédons fermés) sont fermés sous la surface de la peau et apparaissent blancs sur le dessus.

Le fait de toucher ou de gratter les comédons peut rompre la paroi du follicule, mais certaines ruptures se produisent aussi spontanément. Lorsque cela se produit, le sébum et les bactéries du pore rompu peuvent se répandre dans la zone environnante, entraînant une inflammation.

L’acné inflammatoire commence par des papules, que l’on appelle communément des boutons.

L’acné hormonale peut également apparaître sous forme de :

  • Papules : petites bosses rouges et surélevées résultant d’une inflammation ou d’une infection des follicules pileux.
  • Pustules : petits boutons rouges remplis de pus.
  • Nodules : semblables aux papules, mais d’un diamètre plus grand, ils sont également denses et douloureux et se situent en profondeur dans la peau.
  • Kystes : grosses bosses sous la peau qui contiennent du pus et peuvent être douloureuses et sensibles.

Qu’est-ce qui cause l’acné hormonale ?

Les conditions qui affectent les niveaux d’hormones peuvent déclencher l’acné hormonale. En voici quelques exemples :

  • Puberté
  • Menstruations
  • Ménopause
  • Syndrome des ovaires polykystiques
  • Augmentation du taux d’androgènes

Une augmentation du taux de testostérone peut déclencher la sécrétion excessive de sébum par les glandes de la peau. Elle peut également modifier l’activité de certaines cellules de la peau, entraînant une infection des follicules pileux par des bactéries connues sous le nom de Cutibacterium acnes. Cela peut créer une acné hormonale.

La progestérone provoque-t-elle de l’acné hormonale ?

Oui, la fluctuation des niveaux d’hormones sexuelles (y compris la progestérone) pendant le cycle menstruel peut également contribuer à l’apparition d’un bouton hormonal avant les règles.

Le taux de progestérone augmente au milieu du cycle. Cela peut stimuler les glandes sébacées de la peau. Cependant, le rôle de la progestérone dans la production de sébum est incertain.

L’augmentation de la progestérone peut également élever la température du corps et aggraver la transpiration, ce qui entraîne l’obstruction des pores. Cette accumulation de sébum sous la surface de la peau – avec la saleté, les cellules mortes et les bactéries – provoque des poussées d’acné hormonale avant et pendant les règles.

Testostérone et acné : Sont-elles liées ? 

Oui, la testostérone et l’acné sont liées.

L’acné hormonale survient généralement en réponse à une augmentation de certaines hormones, notamment la testostérone. Pendant la puberté, la production de testostérone augmente et peut provoquer une acné hormonale chez les adolescents.

L’augmentation de la testostérone peut stimuler la production de sébum par les glandes de la peau. Ensuite, l’excès de sébum se combine avec la saleté et les cellules mortes de la peau, obstruant les pores de la peau.

L’infection de ces pores obstrués par des bactéries responsables de l’acné hormonale peut entraîner l’apparition de boutons. Le système immunitaire de votre organisme peut réagir à la bactérie et à ses métabolites et produire une inflammation, qui se manifeste par des rougeurs le long des lésions acnéiques.

L’acné à la ménopause

L’acné pendant la ménopause peut survenir en raison des fluctuations hormonales. Les personnes qui développent de l’acné au moment de la ménopause ont généralement des taux d’androgènes normaux, mais des taux d’œstrogènes réduits. En raison de ce déséquilibre, la production de sébum augmente et l’acné hormonale peut se manifester.

Chez certaines personnes, le traitement hormonal substitutif peut même déclencher l’acné.

À lire aussi : Comment réduire les rides du front naturellement ?

À quel point votre acné hormonale est-elle grave ?

Les scientifiques ont mis au point quelques systèmes de classification pour évaluer la gravité de l’acné hormonale. Selon le Global Acne Grading System (GAGS), l’acné peut être légère, modérée, sévère ou très sévère.

Pour évaluer la gravité de votre acné hormonale selon le GAGS, vous devez d’abord calculer le score local d’acné pour chaque zone affectée de votre corps.

Score local = Facteur de localisation × Grade de la lésion la plus sévère de la zone concernée

  • Facteur de localisation :
    • Nez = 1
    • Menton = 1
    • Front = 2
    • Joue droite = 2
    • Joue gauche = 2
    • Poitrine et haut du dos = 3
  • Grade de la lésion la plus grave à cet endroit :
    • Comédon = 1
    • Papule = 2
    • Pustule = 3
    • Nodule = 4

Le score global est la somme des scores locaux.

Par exemple, si vous avez des papules sur les deux joues et quelques comédons sur le menton (mais pas de lésions plus graves), le score global est de (2 × 2) + (2 × 2) + (1 × 1) = 9.

Gravité de l’acné hormonale selon le GAGS :

  • Légère : 1-18
  • Modérée : 19-30
  • Sévère : 31-38
  • Très sévère : Plus de 39

Quelle routine beauté adopter pour lutter contre l’acné hormonale ?

La première chose à faire avant de chercher un traitement chimique ou un traitement naturel pour l’acné hormonale est de changer votre routine beauté. En effet, vous devez prendre de nouvelles habitudes pour nettoyer votre visage et prendre soin de votre peau.

Pour le matin, vous devez nettoyer et hydrater votre peau avec des produits de qualité :

1. Nettoyant pour réduire l’excès de sébum – Eau Précieuse


Acheter cet article

Pour la routine du soir, vous devez utiliser un exfoliant et une crème qui assèche les boutons.

2. Gel nettoyant en profondeur – Bioré


Acheter cet article

3. Soin de nuit qui assèche le bouton hormonal – Eau Précieuse


Acheter cet article

4. Gel purifiant – Eau Précieuse


Acheter cet article

Comment traiter l’acné hormonale ?

À moins que vous ne souffriez d’une acné hormonale légère, les traitements en vente libre peuvent ne pas être efficaces. Votre professionnel de la santé peut vous recommander des médicaments par voie orale, qui peuvent contribuer à équilibrer vos hormones et à éclaircir la peau.

Les options courantes comprennent les médicaments anti-androgènes et les contraceptifs oraux.

1. Les contraceptifs oraux sont une bonne option pour l’acné hormonale

Les contraceptifs oraux combinés peuvent normaliser la production de testostérone, ce qui contribue à faire disparaître l’acné hormonale. Lorsque l’acné est grave et que les autres méthodes de traitement sont inefficaces, votre prestataire de soins peut vous prescrire des contraceptifs oraux combinés, après avoir discuté des avantages et des risques.

Pour choisir le bon contraceptif et le bon dosage, votre prestataire de soins de santé examinera les résultats de vos analyses sanguines d’hormones, votre âge, la régularité de votre cycle menstruel, vos antécédents médicaux et d’autres facteurs.

L’automédication à l’aide de contraceptifs oraux peut être dangereuse.

2. Les médicaments anti-androgènes pour lutter contre l’acné hormonale

D’autres médicaments agissent en réduisant l’hormone androgène. La plupart des gens ont des niveaux naturels d’androgène, mais un excès d’androgène peut provoquer l’apparition d’un bouton hormonal en augmentant la production de sébum.

Les médicaments anti-androgènes empêchent le corps de produire un excès d’androgène et stabilisent les niveaux de cette hormone.

Ils ne conviennent pas à tout le monde ; assurez-vous de discuter des risques et des avantages avec un fournisseur de soins de santé.

3. Les rétinoïdes pour arrêter l’acné hormonale


Acheter cet article

Certaines personnes peuvent avoir besoin de rétinoïdes topiques pour traiter une acné hormonale légère. Ces dérivés de la vitamine A sont disponibles en vente libre sous forme de gels, de lotions et de crèmes.

Un dermatologue peut également suggérer un produit sur ordonnance pour maintenir votre acné hormonale à distance.

Lorsque vous utilisez des rétinoïdes topiques, veillez à utiliser quotidiennement un écran solaire, car ils augmentent le risque de coup de soleil.

À lire aussi : Nettoyage de peau chez le dermatologue : arnaque ou miracle ?

Acné hormonale : un traitement naturel efficace ?

Si vous n’êtes pas fan des produits chimiques, vous pouvez d’abord tester un traitement naturel pour essayer de contrôler votre acné hormonale.

Enfin, quand je parle de traitement naturel pour l’acné hormonale, je parle surtout d’un changement de vos habitudes et de l’adoption d’une nouvelle routine. Et cela se présente sous six étapes.

Lorsque vous soutenez vos hormones par l’alimentation, vous faites du « bio-hacking ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Vous utilisez la thérapie des micro et macro-nutriments pour améliorer les performances de votre système endocrinien.

1. Évitez les produits laitiers pour ne pas stimuler l’acné hormonale

Vous savez probablement déjà que les produits laitiers déclenchent l’acné. Mais savez-vous pourquoi ils déclenchent l’acné ? C’est exact : les hormones. Le lait contient des hormones de croissance naturelles.

Celles-ci sont destinées à nourrir les jeunes veaux et n’ont pas nécessairement leur place dans le corps humain. De nombreuses vaches laitières sont également traitées avec des hormones artificielles pour les aider à produire plus de lait.

Et des recherches montrent que ces hormones interfèrent avec les hormones humaines, ce qui peut provoquer des boutons hormonaux. Supprimez tous les produits laitiers pendant six semaines et vous verrez peut-être votre peau s’améliorer.

2. Consommez suffisamment de vitamine D pour lutter contre l’acné hormonale


Acheter cet article

Saviez-vous que la vitamine D n’est pas vraiment une vitamine ? C’est une prohormone, c’est-à-dire une substance que le corps transforme en hormone. Des études montrent qu’elle aide à réguler la production de sébum, empêchant ainsi les pores de se boucher et inhibe même les bactéries responsables de l’acné.

L’Organisation mondiale de la santé recommande de prendre cinq à quinze minutes de soleil chaque matin pour assurer une synthèse suffisante de la vitamine D, mais les suppléments sont également une option.

La deuxième phase du traitement naturel pour l’acné hormonale est plutôt sympa, non ?

3. Consommez suffisamment de vitamine B5


Acheter cet article

La vitamine B5 n’est pas exactement une hormone, mais elle est impliquée dans le développement des hormones liées au stress. L’autre rôle qu’elle joue dans l’organisme ? Elle décompose les graisses et les glucides, qui sont tous deux des composants du sébum, en augmentant les niveaux de coenzyme A.

Sans une quantité suffisante de B5, le sébum devient épais, collant et plus susceptible de déclencher des éruptions. Là encore, les suppléments sont une option, mais il est toujours préférable d’obtenir ses vitamines à partir d’aliments complets.

Le poulet, le bœuf, les œufs, le brocoli et les champignons en sont d’excellentes sources.

4. Complétez avec du DIM

Le diinodolyméthane (DIM) est un composé présent dans les légumes crucifères (brocoli et chou-fleur) qui contribue à la santé hormonale de deux manières. Premièrement, il empêche l’excès d’androgènes (hormones « mâles » comme la testostérone) d’atteindre les récepteurs (où ils stimulent la production excessive de sébum).

Deuxièmement, il améliore le processus de dégradation des œstrogènes par le foie. Pour obtenir suffisamment de DIM pour faire la différence, les experts recommandent de prendre un supplément de DIM quotidiennement (après avoir vérifié avec votre médecin, bien sûr).

5. Sirotez du thé à la menthe verte pour lutter contre l’acné hormonale


Acheter cet article

Comme le DIM, le thé à la menthe verte a des propriétés anti-androgènes qui aident à atténuer la production excessive de sébum qui conduit souvent à l’acné hormonale. Et l’Académie américaine de dermatologie approuve !

Une étude qu’elle a menée en 2015 a montré qu’après un mois de consommation de deux tasses de thé à la menthe verte par jour, les patients ont constaté une réduction de 25 % de leur acné.

Après trois mois, ce pourcentage a grimpé à 51 %.

6. Essayez le cycle des graines


Acheter cet article


Acheter cet article


Acheter cet article


Acheter cet article

Le cycle des graines peut sembler un peu étrange, mais je ne jure que par lui. Le processus consiste à manger des graines crues tous les jours, en fonction des phases de son cycle menstruel.

Prenez une cuillère à soupe de graines de lin et de citrouille du jour 1 (le premier jour de vos règles) au jour 14 et une cuillère à soupe de graines de sésame et de tournesol du jour 15 au jour 28.

Sérieusement.

L’objectif est d’utiliser les aliments comme un système de distribution pour stimuler les micronutriments clés qui aident à équilibrer les œstrogènes et la progestérone. Par exemple, le lin se lie aux sites récepteurs d’œstrogènes et module l’action des œstrogènes dans l’organisme.

Dans la seconde moitié, nous parlons vraiment des graines qui aident le corps à soutenir le travail du foie pour évacuer les œstrogènes de l’organisme, comme les graines de sésame et de tournesol.

Bien entendu, le cycle des graines n’est pas un « remède » au déséquilibre hormonal, mais il peut aider à apaiser l’acné hormonale en deux ou trois cycles.

À lire aussi : Acné kystique : causes, conséquences et traitement