Voici ce qu’aimer une fille habituée à être seule signifie

Une fille habituée à être seule sera complètement différente de toutes celles que vous avez aimées jusque là. C’est garanti. Elle sera l’une des noix dont la coquille sera la plus difficile à craquer et ses murs seront les plus hauts.

Parce que pendant si longtemps, c’est tout ce qu’il y a eu : ses murs.

Ils font partie de ce monde qu’elle a construit seule et bien que le but soit de se protéger, il s’agit aussi d’une facette de son identité. Ils sont les barrières de cet endroit qu’elle a créé, de cette vie qu’elle s’est construite : un monde qui n’appartient à personne d’autre qu’à elle-même. Et bien qu’ils la protègent, qu’ils la rassurent, qu’ils la gardent en sécurité, ils sont aussi la seule chose qu’elle connait.

Alors, trouver de la place pour quelqu’un d’autre lui sera difficile, ce sera un défi.

Une fille habituée à être seule dira probablement (à un moment ou à un autre) qu’elle n’a « pas besoin de vous ». Elle vous sortira tellement de variantes de « je peux le faire moi-même », « ne t’inquiète pas » ou « je m’en occupe » qu’elle vous donnera l’impression d’être un disque rayé.

Et jusqu’à un certain point, c’est la vérité. Elle peut probablement le faire elle-même, vous n’avez pas à vous inquiéter et elle s’en occupe.

Mais le simple fait qu’elle puisse le faire, qu’elle n’ait réalistement pas besoin de vous, ne signifie pas qu’elle n’a pas envie d’être avec vous.

Le simple fait qu’elle gère ne signifie pas qu’elle ne veut pas que vous vous en occupiez.

Le simple fait qu’elle puisse traverser seule ne signifie pas qu’elle n’appréciera pas votre compagnie.

Voyez, la vérité lorsque l’on est seule depuis un certain temps, c’est que cette solitude devient un réconfort, un espace de paix. Ne rendre de comptes qu’à soi-même, ne penser qu’à soi, ne s’inquiéter que de soi nous offre une fiabilité sans pareille. Et bien que l’on puisse se sentir isolé, c’est un isolement doux. C’est une solitude qui finit par devenir familière et presque belle.

Alors quand quelqu’un entre dans notre vie et chamboule ce monde et cette solitude, c’est déroutant.

Non seulement, ça chamboule son monde et sa routine, mais en plus, ça chamboule ce qu’elle connaît.

Il y aura des ajustements à faire au début. Il y aura des hauts et des bas, des choses à donner et à recevoir. De son côté, elle aura peur. Parce qu’elle essaiera de vous laisser pénétrer dans son monde, de vous laisser escalader ses hauts murs, des vous inviter dans une vie qui, auparavant n’appartenait qu’à elle.

Mais elle craindra aussi qu’en vous laissant entrer, qu’en vous faisant confiance, elle cesse d’être à l’aise seule et commence à n’être à l’aise qu’avec vous.

Et la peur d’être à l’aise avec quelqu’un d’autre en cache une autre :

« Que ferais-je s’il s’en allait ? »

Lorsque l’on aime une fille habituée à être seule, on aime une fille qui a peur de devoir un jour, réapprendre à être seule. Vous lui dites de vous laisser entrer et elle vous dit de ne pas vous en aller.

Une fois que l’on s’y habitue, être seule est facile mais prendre cette habitude est souvent un combat difficile, un voyage ardu et elle craint vraiment de devoir le faire à nouveau.

Alors si vous tombez amoureux d’une fille habituée à être seule, préparez-vous à rester. Soyez prêt à lui tenir la main lorsqu’elle vous dira qu’elle peut le faire et que vous lui répondrez, « je peux t’aider ». Soyez prêt à découvrir sa vie, son monde et à trouver une manière de les respecter tout en devenant une partie de ceux-ci.

Soyez prêt à escalader les murs qu’elle a érigés autour d’elle et de son cœur. Soyez prêt à ne plus vous inquiéter de ce qui se passe au-delà de ces murs.

Parce que ce faisant, quand vous y serez vraiment parvenu, elle ne sera plus jamais prête à vous laisser partir.