Ce que signifie réellement « oublier », parce que ce n’est pas aussi simple que de tourner la page.

Oublier, c’est abandonner tout espoir qu’un jour les choses s’arrangeront ou que vous vous remettrez ensemble.

Oublier, c’est vous arrêter, dès que votre esprit commence à vagabonder et à imaginer tous les « et si ».

C’est faire tout le nécessaire pour oublier le passé et ce qui n’est qu’un avenir de papier.

Oublier, c’est effacer ce message que vous avez terriblement envie d’envoyer ; parce que vous savez que c’est mieux ainsi.

C’est supprimer son nom tagué sur de nombreuses photos, parce qu’aussi dur que ce soit, vous savez que c’est la bonne chose à faire. Oublier, c’est pardonner quelqu’un de vous avoir fait du mal.

C’est pardonner quelqu’un de ne pas avoir été capable de vous aimer.

C’est comprendre que certaines choses sont juste comme elles sont, et d’une certaine manière c’est assez apaisant.

Oublier, c’est quelque chose que l’on doit travailler chaque jour.

C’est un choix délibéré qu’il vous faut faire et un tout petit pas de plus vers la guérison.

Oublier, c’est vous pardonner le mal que vous avez fait, parce que vous vous êtes accrochée plus longtemps que vous n’auriez dû.

C’est vous pardonner du temps perdu, sachant très bien que vous ne pourriez pas le rattraper.

Oublier, c’est accepter que parfois, les gens ne sont pas destinés à faire partie de notre avenir ; même si c’est quelque chose que nous avions imaginé et que nous pensions devenir une réalité.

Oublier, c’est s’en aller en aimant quelqu’un pour tout ce qu’il est et tout ce qu’il ne serait jamais devenu.

C’est se réveiller et saisir son téléphone, dans l’espoir que son prénom s’affiche.

C’est un sourire en dépit des larmes, parce que vous n’échangeriez vos bons moments pour rien au monde.

C’est le croiser et en souffrir parce que vous l’aimez encore mais savez aussi que désormais, vous ne faites plus partie de son histoire. C’est accepter cette douloureuse vérité, même si lui est encore la partie favorite de la vôtre.

Oublier, c’est croire que ce que vous méritez vous attend au coin de la rue, même si vous êtes incapable de vous imaginer avec quelqu’un d’autre.

Oublier, c’est un processus.

Ça demande plus d’une nuit.

C’est cette douleur dans votre poitrine qui refuse de s’adoucir.

Et les larmes qui coulent le long de vos joues, plus longtemps que vous ne le souhaiteriez.

Parce qu’oublier et tourner la page n’est pas le plus difficile. Le plus difficile, c’est de continuer à avancer.

La plupart du temps, nous refusons d’oublier, par crainte de réaliser que c’était nous qui nous accrochions pendant tout ce temps.