Please assign a menu to the primary menu location under menu

Aller de l'avantPeine d'amour

Pourquoi tu n’as plus entendu parler de moi : Toute la vérité

Tu crois peut-être que tu ne m’intéressais plus ou que j’ai simplement cessé de t’aimer. Peut-être était-ce juste le hasard. Peut-être ai-je rencontré quelqu’un d’autre. Mais en vérité, je tenais profondément à toi. Je ne voulais que toi.

En vérité et pendant longtemps, j’ai repoussé de nombreux hommes, croyant que tu me regardais enfin et ressentais la même chose que moi. Peut-être que c’était dans ma tête, mais j’ai vraiment cru avoir pour toi des sentiments qui ne me quitteraient jamais.

Du moins, jusqu’à ce que j’y sois obligée.

Je pensais qu’en te donnant du temps, tu viendrais vers moi. Mais j’ai réalisé que cela revenait à attendre un train dont le passage n’était pas certain. J’attendais quelqu’un qui n’était présent qu’à mi-temps. Tu étais peut-être là physiquement, mais émotionnellement tu me tenais à distance. On se regardait et c’est comme si tu avais voulu que je sois quelqu’un d’autre.

Être en ta compagnie me rendait heureuse, mais tu me donnais l’impression de n’être qu’une gêne. En un rien de temps l’agacement, la confusion et les doutes me gagnèrent. Je vivais dans la peur de faire quelque chose de mal. J’avais peur de te perdre puis je réalisais qu’en fait, tu n’avais jamais été mien.

Je ne pouvais pas continuer à m’investir auprès d’une personne incapable de me rendre ce que je lui donnais. Je ne pouvais pas continuer à me coucher en me demandant si je te suffisais et ce que je pourrais faire de plus.

En vérité, je n’ai jamais cessé de t’aimer. Mais j’en ai eu marre de trop t’aimer.

J’en ai eu marre de faire autant d’efforts.

Tu n’as plus entendu parler de moi pendant des jours, qui ont fini par se transformer en semaines. Je ne sais même pas si tu t’en es rendu compte ou si tu as simplement continué à vivre comme le fantôme que tu semblais être.

La vérité, c’est que je ne voulais pas t’embêter.

La vérité, c’est que je ne voulais plus te tendre la main et ne rien recevoir en retour.

La vérité, c’est que je ne voulais plus fixer l’écran de mon téléphone dans l’espoir que tu m’écrives le premier.

Quelque chose a changé en toi. Peut-être était-ce le regard que tu portais sur moi.

Peut-être était-ce à cause d’une épreuve que tu traversais.

Peut-être as-tu tout simplement perdu l’intérêt que tu avais pour moi.

Mais la vérité, c’est que j’ai eu peur d’engager mon cœur pour quelqu’un qui était si peu sûr de lui.

J’ai aimé entrer pas à pas dans ta vie, mais je voulais en faire partie et non être une simple spectatrice.

La vérité, c’est que je t’aimais beaucoup trop, j’étais armée des meilleures intentions du monde ; mais même les meilleurs d’entre nous ne peuvent pas passer leur vie à faire des efforts pour quelqu’un qui n’est pas certain de ses sentiments. Tu m’as mise à l’épreuve, un jour tu soufflais froid, un jour tu soufflais chaud. Tes incertitudes m’ont vidée, je n’étais jamais sûre de tes sentiments mais étais certaine des miens.

Ça m’a blessée et bien-sûr tu me manques, mais je sais que continuer à faire des efforts pour obtenir ton temps et ton attention me ferait encore plus de mal. Donc je suppose que ce que j’essaie de te dire, c’est que j’attends de te manquer à mon tour. J’attends que tu te soucies de moi. Mais surtout, j’attends que tu me le montres, parce que je ne peux pas être la seule à témoigner mon amour. Et peut-être que ce jour ne viendra jamais. Peut-être que je dois l’accepter et passer à autre chose.

Savoir que quelqu’un nous aime et se soucie de nous booste notre confiance en nous, mais d’un autre côté, le fait que ces sentiments ne soient pas réciproques est une véritable défaite … Comme si ce que l’on avait de mieux à offrir n’était pas suffisant.

Je ne pouvais plus continuer à être la première à dire bonjour, tout en me demandant quand est-ce que tu me dirais au revoir. Alors je t’ai devancé. Me lever et m’en aller m’a fait terriblement mal. Je ne voulais pas faire de scène, alors je n’ai rien dit. Mais m’éloigner de quelqu’un à qui je tenais énormément m’a fait beaucoup de mal.

Sache simplement que j’espère que tu trouveras quoi que ce soit que tu recherches.

Annabelle S.
Née et élevée à Gatineau, femme au foyer et heureuse maman de 2 enfants. Je suis une grande passionnée, en tout et par tout. Mais ma grande obsession, c’est l'écriture. J’ai toujours écrit, tenu des blogs, gribouillé des carnets par dizaines et récité des poèmes. Les lettres, la littérature c’est dans le cœur et on n’y peut rien.