Skip to Content

Adieu, mon amour : cette fois-ci, je te dis au revoir pour de bon !

Adieu, mon amour : cette fois-ci, je te dis au revoir pour de bon !

Honnêtement, j’ai toujours pensé que j’étais un bon juge de caractère. En effet, j’étais persuadée d’être capable de détecter les menteurs, les manipulateurs et les gens faux.

Bref, je me vantais de savoir distinguer les gens honnêtes des gens toxiques. Clairement, j’avais tort…

Pourquoi est-ce que j’avais tort ? Tout simplement parce que je me suis bien fait avoir ! J’ai sauté à pieds joints dans le piège d’un manipulateur. Dans ton piège…

Je n’ai pas vu venir tes tactiques insidieuses et ingénieuses. Tu m’as dupée ! Ton approche était si douce, calme et maline que je n’ai même pas compris ce qu’il se passait.

D’ailleurs, il était déjà bien trop tard quand je suis sortie de ma léthargie. Tu m’as complètement détruite. Tu as brisé mon cœur en mille morceaux alors que j’étais persuadée qu’on allait passer le reste de notre vie ensemble.

Je croyais vraiment que tu m’aimais sincèrement et que ce qu’on partageait était unique.

J’ai souffert, guéri et appris. Puis, j’ai réussi à dire au revoir au passé.

J’ai pu aller de l’avant. D’ailleurs, j’ai même réussi à repousser les pensées qui continuaient à s’insinuer dans les moments qui suivaient immédiatement les adieux (les « et si… »).

Mais tu étais plus fort que je le croyais. Tu étais aussi beaucoup plus toxique que je l’avais imaginé. Ainsi, à chaque fois que j’ai pris la décision de m’éloigner de toi ou de te quitter, tu as toujours réussi à trouver ton chemin de retour.

Dès que j’avais l’impression d’avoir enfin tiré un trait sur notre histoire, tu revenais comme un serpent qui guettait sa proie. Bref, quand je réussissais enfin à te dire « Au revoir » et prenais la décision de te tourner définitivement le dos, tu trouvais trouve un moyen efficace de revenir dans ma vie.

Est-ce que je te donnais trop le bénéfice du doute ? Est-ce que j’ai un cœur trop charitable et tendre ? Je ne sais pas. En revanche, ce que je sais, c’est que je tombais continuellement dans le panneau.

Manipulation après manipulation. Mensonge après mensonge. Fausse promesse après fausse promesse. Ma dure réalité, c’est que je ne réussissais jamais à dire « Stop » à la manipulation.

Tu as besoin de moi… Tu regrettes ton comportement… Et tu es désolé d’avoir perdu une femme aussi tolérante, douce et compréhensive que moi…

Bref, je trouvais toujours des excuses pour t’accepter de nouveau dans ma vie. Mais je ne comprenais pas encore l’ampleur de ton narcissisme.

Tu me disais que tu m’aimais, que je te complétais et que tu me désirais plus que tout. Alors, je te faisais (encore une fois) confiance les yeux fermés.

Puis, tu mentais de nouveau… Tu manipulais… Et le cycle se répétait. Le cercle vicieux ne s’arrêtait jamais. 

Lorsque nous fermons le chapitre de la relation amoureuse, ce n’est pas toujours aussi facile que nous le pensons. Et tout ça, à cause des bons souvenirs.

Nous avons vécu une partie de notre vie avec cette personne, partagé des histoires, des difficultés et des triomphes, des secrets et de l’affection.

Et si on tenait vraiment à cette personne, il est difficile de dire « Au revoir » et d’effacer tous les souvenirs de notre mémoire. Et il est encore plus difficile de penser sincèrement que ce « Au revoir » sera définitif.

Pendant longtemps, j’ai lutté contre cela. Pour moi, il était presque instinctif de donner une deuxième voire une troisième chance. Surtout à toi…

Puis, j’ai eu une révélation. Chaque pensée, chaque idée, d’ailleurs même chaque doute étaient finalement alignés. J’étais assise dans mon fauteuil, devant ma télévision.

Je buvais mon quatrième verre de vin et je me lamentais seule sur mon sort. Qu’est-ce que j’avais bien pu faire pour mériter un tel comportement de ta part ?

Et, à ce moment précis, j’en ai eu marre de m’apitoyer sur moi-même. J’ai décidé que j’en avais marre d’être émotionnellement fatiguée.

J’en avais marre qu’on me manipule, qu’on me mente et qu’on me blesse. J’ai donc décidé de reprendre ma vie en main.  J’ai gagné en clarté et j’ai compris la réalité de ma situation.

Les relations ne peuvent pas être forcées et lorsque vous êtes celle qui travaille toujours pour les faire fonctionner, vous finissez par souffrir d’épuisement.

Vous finissez par devenir émotionnellement vide ! Mais je savais que cet « Au revoir » était différent. Celui-ci allait être définitif ! 

Les « Au revoir » ne sont pas forcément prononcés à voix haute

Voici la vérité sur les « Au revoir » : vous n’êtes pas obligée de les exprimer à l’oral. Parfois, un « Au revoir » consiste simplement à partir, fermer la porte et ne plus jamais se retourner.

D’ailleurs, pour moi, c’est ce qui a été le plus percutant. Il suffit de s’éloigner, de couper le contact, d’être vague et de ne pas réagir. Mais attention ! Ne confondez pas cela avec le ghosting ! Ici, il s’agit de s’éloigner naturellement d’une situation qui est toxique pour vous.

N’oubliez pas que, même s’il est difficile de dire « Au revoir » à quelqu’un que vous aimez, en lui permettant de vous maltraiter, vous perdez une partie de vous-même.

La relation la plus importante que vous aurez jamais est celle que vous avez avec vous-même et personne ne vaut la peine de la compromettre pour cela.

J’ai donc fait le choix conscient de ne pas me perdre pour quelqu’un qui ne me mérite pas. Mon bien-être est bien plus important que le faux amour que tu as pour moi.

Je refuse de me perdre pour toi…. Je refuse de tourner le dos à mon bonheur. Donc voilà, je te dis « Au revoir ». Mais… Pour de bon, cette fois ! 

À lire aussi : Quand le temps est venu de dire “Au revoir” à la personne qu’on aime