Please assign a menu to the primary menu location under menu

Relation

J’étais disponible émotionnellement jusqu’à ce que je sorte avec trop de mecs qui ne l’étaient pas

Quand j’ai commencé à avoir des rencards, j’étais comme un livre ouvert. Je trouvais facile d’être vulnérable et de laisser un homme s’approcher de moi lors d’un rendez-vous parce que j’espérais que cela mènerait à de l’amour.

Bien sûr, il n’a pas fallu longtemps pour que les relations et les chagrins d’amour ruinent tout ça. Ce n’est pas bien d’être vulnérable avec quelqu’un qui ne rend pas la pareille et quand on a été déçu une fois de trop, c’est tout naturellement qu’on commence à ériger des murs pour se protéger. Voici les étapes du chemin qui a mené à cette sombre spirale vers l’indisponibilité émotionnelle:

1. Au début, j’étais super gentille et honnête.

Je n’en savais pas comment faire autrement. Je voulais me donner entièrement à la personne que j’aimais. J’ai eu la chance que mon premier petit ami soit gentil avec moi. Lui aussi était gentil et vulnérable. Nous étions très amoureux l’un de l’autre. Malheureusement, nous avons grandi et nous nous sommes séparés.

2. Puis j’ai eu le cœur brisé.

Essayer de surmonter votre premier chagrin d’amour est le pire. J’avais l’impression que je ne m’en remettrais jamais. Même si j’ai fini par réussir, je n’ai jamais été la même par la suite. Je ne me suis plus livrée aux hommes aussi facilement et aussi rapidement. Je les ai fait travailler un peu pour apprendre à me connaître parce que je ne voulais pas être blessée à nouveau.

3. Pourtant, je me suis toujours exprimée avec franchise.

J’ai toujours été très douée pour la communication verbale. Quand je sors avec quelqu’un, je veux parler de tout. Comment faire autrement ? Je ne comprends pas pourquoi essayer d’avoir une relation sans jamais parler.

4. J’ai été super frustrée quand ils ne le faisaient pas.

Je suis sortie avec des mecs qui ne pouvaient pas exprimer leurs sentiments. Soit qu’ils étaient trop paresseux, qu’ils ne s’en souciaient pas assez, qu’ils souffraient d’un retard émotionnel, ou qu’ils avaient littéralement des problèmes de communication. C’est le pire. Je ne comprends pas comment je peux, en tant que quelqu’un de trop communicatif, continuer à me faire subir ça.

5. J’ai donné à chacun d’entre eux tout mon cœur.

Malgré ma prudence initiale, j’ai toujours aimé celui avec qui j’étais entièrement. Même si je n’y allais pas tout de suite, je ne les ai jamais fait se sentir mal ou non désirés. Je ne trouve pas ça cool ou intriguant qu’un mec me traite comme si j’étais jetable donc je ne lui aurais jamais fait ça.

6. Beaucoup d’entre eux se sont retenus.

Que ce soit par insécurité, amertume ou cynisme, ils ne rendaient pas la même quantité d’affection que je leur donnais. J’étais perdue, puis je me suis sentie blessée et rejetée. Certains d’entre eux étaient juste incapables d’abaisser leur garde, mais c’était quand même nul.

7. Certains d’entre eux étaient émotionnellement rabougris.

Je ne peux pas soigner un homme, mais je fais de mon mieux. Je suis une victime de mon propre complexe de sauveuse. Je ne sais pas quel est mon problème, mais je semble attirer des hommes qui ne savent pas communiquer. C’est peut-être parce que je peux parler assez pour nous deux. Ce n’est pas ce que je le veux !

8. Certains ne savaient pas comment gérer.

Je sais maintenant que je ne dois jamais sortir avec un type qui dit que je l’intimide (dis-je en levant les yeux au ciel). Si je t’intimide, qu’est-ce que tu me veux ? Je veux un homme qui peut me suivre et qui est excité par ma force, pas effrayé par elle. Je ne veux certainement pas que quelqu’un se recroqueville quand on a des problèmes.

9. Certains étaient juste nuls pour communiquer.

Désolée, mais je n’ai plus de patience pour ça. Je suis ta petite amie, pas ta psy. Si tu as des problèmes, va les régler ailleurs. Je refuse de jouer à la maman avec un homme. Je suis désolée que tu n’arrives pas à former des phrases qui ont un sens, mais je ne peux pas te sortir les mots de la tête ou deviner ce que tu veux dire. C’est trop épuisant.

10. J’ai commencé à me refermer pour me protéger.

Pourquoi continuerais-je à donner et à donner alors que je ne reçois rien en retour ? C’est juste stupide. J’ai décidé de voir ce qu’ils étaient prêts à donner en premier et d’agir en conséquence. Fini ce déséquilibre dans les relations. Malheureusement, je ne trouvais pas d’hommes ouverts et vulnérables.

11. Pourquoi m’ouvrir et me faire du mal?

J’ai essayé très fort de rester émotionnellement éloignée des hommes, mais tout ce qui s’est vraiment passé, c’est que j’ai agi de façon immature dans les relations. Je m’en souciais énormément, mais je faisais semblant de ne pas m’en soucier. Des conneries stupides et puériles, et pourtant j’agissais comme un bébé. C’était comme si je régressais de plus en plus à chaque fois que je sortais avec quelqu’un de nouveau.

12. Je ne voulais donner à personne plus que ce que je recevais.

Sortir avec quelqu’un s’est transformé en une sorte de jeu, et je déteste jouer à des jeux, donc j’en suis venue à détester les rancards. Il s’agissait de savoir qui pouvait se protéger le mieux et qui pouvait tenir le plus longtemps pour admettre ses sentiments. J’en suis arrivée au point où ça me faisait flipper si un mec était mature émotionnellement.

13. Je me suis fermée.

Après trop de chagrins d’amour, j’ai abandonné l’idée de trouver l’amour. Je me suis dit que je ne rencontrerai jamais celui qui me donnerait tout son cœur aussi facilement et avec autant de bonheur que je suis prête à donner le mien. Ça craint, mais honnêtement, c’est ce que je ressens maintenant. Je suis extraordinairement cynique quand il s’agit de relations amoureuses.

14. Maintenant, je ne sais même plus comment être vulnérable.

J’ai l’impression que c’est une compétence que je vais devoir réapprendre. Je ne sais même pas si je peux affronter le bon gars s’il arrive un jour. Je suis si bien protégée maintenant que je ne sais pas comment faire tomber mes murs. Ce sera un problème, même pour les hommes les plus patients. Je suis une cause perdue.

15. Il faudra un homme très spécial pour faire tomber ces murs.

Je n’ai plus l’habitude de l’art de la vulnérabilité. Bien sûr, je suis sincère et franche, mais d’une toute autre façon. Je dirai à peu près n’importe quoi à peu près n’importe qui, mais je détourne la vraie vulnérabilité avec sarcasme et humour. Dieu me préserve de montrer ce que je ressens vraiment. J’espère que si mon gars arrive un jour, je ne le perdrai pas comme tous ces hommes m’ont perdue.