C’est comme ça que tu la perds (Sans même t’en rendre compte)

Tu la perds quand tu ne la choisis pas.

Quand tu lui fais sentir qu’elle est une option, quand tu la fais passer en deuxième, troisième et quatrième.

u la perds quand tu la mets à l’écart. Quand tu ne t’engages pas, comme quand tu ne peux pas décider d’une chaîne de télévision parce que tu penses qu’une meilleure émission est diffusée sur une autre chaîne.

Tu la perds quand tu la laisses en plan, jour après jour. Quand elle a l’impression de ne pas pouvoir compter sur toi parce que tu n’es jamais de son côté. Quand elle a l’impression de jouer dans sa propre équipe, une équipe d’un seul joueur, alors que vous êtes censés jouer dans la même équipe, une équipe de deux.

Tu la perds quand tu ne te donnes pas à elle tout entier.

Tu la perds quand elle doit chercher toutes les parties qui font de toi ce que tu es. Tu la perds quand tu débarques après l’avoir laissée tomber pour la centième fois, juste pour lui rappeler que tu es encore un peu là, quand tu en as envie.

Quand elle essaie de t’aimer pour toute ta rugosité, mais que tu te réfugies dans ta coquille. Quand elle veut sécher tes larmes et te tenir la nuit, mais que tu tournes simplement dans l’autre sens. Tu la perds quand tu refuses d’être présent, quand tu ne la laisses pas entrer dans les coins de ton esprit. Parce que tout ce qu’elle veut, c’est la fusion de vos âmes, sentir le pouvoir de l’amour quand vos mains sont entrelacées.

Tu la perds quand tu n’essaies pas de la comprendre.

Quand tu ne prends pas la peine de regarder le monde de son point de vue, quand tu lui reproches chaque mot qu’elle dit, même quand elle essaie à tout prix de trouver un compromis.

Tu l’éloignes de plus en plus quand tu ris de ses peurs, quand tu lui fais sentir qu’elle est folle de ressentir ce qu’elle ressent et quand tu te désengages complètement de la discussion. Tu l’as laissée tomber en la traitant comme si elle était inférieure, parce qu’elle te voyait comme égale.

Mais ça… c’est comment la garder :

Tu la gardes dans ta vie en l’écoutant. En reconnaissant quand elle est vulnérable avec toi et en la laissant chuter sur toi, au lieu de tourner dans l’autre sens.

Tu la gardes par le biais de la communication, en reconnaissant que c’est une rue à double sens et que parfois elle garde les choses pour elle parce que tu n’as tout simplement pas demandé.

Tu la gardes quand tu la soutiens, quand elle se sent à l’aise en s’appuyant sur toi, jour après jour, quand elle peut se blottir près de toi à 3 heures du matin et se sentir à l’abri de tous les maux du monde.

Tu la gardes quand tu te donnes à fond.

Quand tu ne la laisses pas bloquée ou accrochée à une falaise, quand tu lui dis que tu es désolée et que tu le penses vraiment, et quand tu parles de tes plus grandes craintes et de tes espoirs les plus ambitieux. Quand tu ne mets pas de barrières tandis qu’elle sèche tes larmes et calme tes peurs.

Tu la gardes quand c’est elle que tu choisis.

Quand tu montres ton amour et ta dévotion, par de petites attentions sans rapport avec les mots « Je t’aime ». Quand tu lui montres qu’elle est ton premier choix, et non une option, tous les jours et toutes les nuits où vous êtes ensemble.

Quand elle est la première main que tu saisis dans l’obscurité, quand tu prends son parti, et que tu lui montres que tu joues dans la même équipe, ton équipe de deux.