Faire ces 10 choses m’a enfin permis d’arrêter d’attirer des hommes toxiques et de rencontrer des hommes biens

Ma vie amoureuse à pris un véritable tournant le jour où j’ai réalisé que je ne pouvais m’en vouloir qu’à moi-même pour les crétins que je choisissais. Les cons et les abrutis sont devenus un lointain souvenir dès le moment où j’ai décidé d’une introspection et amorcé des changements longtemps attendus. Voilà comment j’ai finalement réussi à rencontrer des hommes biens :

1. J’AI COMMENCÉ À ÉCOUTER LES GENS QUI TIENNENT À MOI

Pendant ma période « connards », je ne prêtais l’oreille à aucun des conseils que me donnait mon entourage. Je pensais tout savoir de la vie alors qu’en réalité, je nageais au milieu d’un océan peuplé d’hommes toxiques qui ne me respectaient pas et n’envisageaient avec moi aucune relation en dehors d’une chambre. Après m’être ouverte aux conseils de ceux qui tenaient réellement à moi, j’ai enfin pu envisager ma vie amoureuse sous une perpective nouvelle. Rien ne vaut la sagesse acquise grâce à ceux qui ont nos intérêts à coeur, que ce soit un membre de notre famille ou notre meilleur ami.

2. JE ME SUIS SOUVENUE DE MA LISTE DE « CONDITIONS »

Dès que je rencontre quelqu’un, je compare ses qualités à ma liste de « conditions » à remplir. Ça peut sembler un peu extrême mais croyez-moi, ça fonctionne ! En me souciant de ce que je recherche vraiment chez un compagnon, les idiots et les comédiens ne passent même pas la première étape des « salutations ».

3. JE ME SUIS APPRÊTÉE POUR IMPRESSIONNER

On dit qu’il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, mais je ne suis pas d’accord. Mon dressing influait énormément sur le type d’hommes que j’attirais. Ne vous méprenez pas, j’adore porter une mini-jupe et une paire de hauts stilettos de temps en temps … J’ai simplement réalisé que les hommes qui m’approchaient dans ces moments-là étaient tout en bas de l’échelle. Après avoir ajusté mon style et opté pour des pièces un peu plus élégantes, un flot d’hommes biens à commencé à déferler comme par magie.

4. J’AI ÉLEVÉ LE NIVEAU DE MES ATTENTES

Si un homme, bien que charmant, a tendance à me faire attendre lors de nos rendez-vous, je passe mon chemin. Si un homme, bien qu’ayant un travail intéressant et une tête bien faite sur ses épaules, n’arrive pas à couper le cordon avec son ex-copine cinglée, c’est non merci. J’ai arrêté d’accepter le minimum vital de la part des hommes qui entrent dans ma vie et cela a permis aux hommes biens d’entrer en scène. Dès que j’ai commencé à exiger le meilleur, les connards n’avaient plus la moindre chance.

5. J’AI PRIS LE CONTRÔLE DE MES ÉMOTIONS

J’ai fini par réaliser que mes émotions ne m’aidaient pas forcément sur la scène amoureuse. En me montrant sans ressources, désespérée ou collante, j’envoyais de mauvaises vibrations qui attiraient les connards comme le miel attire les abeilles. Ils pouvaient sentir mes angoisses à mille lieues à la ronde, ce qui faisait de moi la cible idéale. J’ai dû me débarrasser des émotions malsaines et des sentiments négatifs qui m’empêchaient de trouver le bonheur. Et vous savez ce qui est arrivé ensuite ? Enfin, je n’attirais plus des brochettes de ratés.

6. J’AI COMMENCÉ À ME RENSEIGNER SUR LES HOMMES QUE JE RENCONTRAIS

Avant de réaliser que ma vie amoureuse était un cercle vicieux, j’ai offert à chacun des hommes que je rencontrais de devenir une priorité dans ma vie. Comme vous pouvez l’imaginez, environ 99,9 % de ces salauds ne méritaient même pas de respirer le même air que moi. Quand j’ai décidé de mener une enquête approfondie sur chacun des hommes que je rencontrais avant de leur faire une place dans ma vie, les mecs nuls ont rapidement disparu. Les hommes biens que j’avais tant recherchés étaient les seuls restant !

7. J’AI ACCEPTÉ MON CÉLIBAT

Dans ces moments où mon célibat me donnait le cafard, je me cramponnais à chacun des hommes qui m’accordaient ne serait-ce qu’un regard. Voilà encore une chose qui attirait vers moi ceux qui n’en valaient pas la peine, mais j’ai appris à accepter la liberté et l’indépendance qui allaient de pair avec le fait d’être seule. Une fois que j’ai appris à accepter mon célibat, j’étais moins encline à autoriser les crétins à faire partie de ma vie.

8. JE ME SUIS NOYÉE DANS LES LIVRES DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL

Il m’a fallu un moment avant de rassembler quelques livres de développement personnel. Pourtant, après avoir finalement accepté l’idée que j’avais besoin d’aide dans ma vie amoureuse, ces livres m’ont littéralement sauvé la vie. Des livres expliquant comment avoir confiance en soi à ceux nous apprenant à nous estimer, ils m’ont tous aidé à lutter contre mes angoisses. J’ai appliqué à ma vie beaucoup des conseils appris et presque instantanément, ma confiance retrouvée m’a permis d’attirer vers moi ces hommes que j’avais toujours attendus.

9. J’AI ARRETÉ DE SORTIR DANS CES ENDROITS OÙ TRAINENT LES CRÉTINS

C’est vrai, les hommes toxiques sont partout, mais il existe certains endroits dans lesquels ils aiment sortir en « troupeau ». Les boîtes sont définitivement un nid à cons et si vous voulez vraiment en ajouter un à votre carnet de rendez-vous, ne cherchez pas ailleurs que dans les endroits qui servent de l’alcool jusqu’au petit matin. Bien-sûr, il y a toujours une mince chance de rencontrer un homme décent et normal dans le PMU du coin. Mais je savais que mes chances de rencontrer un partenaire qui me convienne seraient multipliées si je modifiais mes habitudes de sorties. Changer de routine et opter pour de nouveaux endroits m’a ouverte à de toutes nouvelles rencontres, bien différentes des précédentes.

10. J’AI LAISSÉ MON INTUITION PRENDRE LES COMMANDES

Ma petite voix intérieure avait beau vouloir se faire entendre, j’ai malgré tout réussi à l’ignorer pendant des années. Quand elle tentait de me préserver du connard vivant une double vie, je faisais la sourde oreille et continuais à le fréquenter même en ayant conscience que les choses finiraient par tourner au vinaigre. Mes perpectives amoureuses n’ont changé que quand j’ai permis à mon intuition de prendre les commandes. Fini les crétins qui me faisaient poireauter des heures dans l’attente d’un message. J’étais beaucoup trop occupée à rencontrer des hommes biens, sur la même longueur d’onde que moi.