Skip to Content

Ma chère belle-mère, vous avez élevé vos enfants, maintenant laissez-moi élever les miens !

Ma chère belle-mère, vous avez élevé vos enfants, maintenant laissez-moi élever les miens !

Chère belle-mère, il y a treize ans, vous avez ouvert la porte avec le sourire et les bras tendus. Vous étiez ravie que votre fils aîné soit enfin revenu de l’université et ait même amené une petite amie.

« C’est la bonne », vous a-t-il dit quelques jours avant notre arrivée. Je ne peux qu’imaginer ce qui vous est passé par la tête lorsque vous me montriez les photos familiales et lorsque vous prépariez votre fameuse soupe.

Aviez-vous peur ?

En tout cas, vous n’avez pas agi comme tel ! Vous m’avez serré dans vos bras et, ensemble, nous avons passé un super week-end. Moi, une sudiste aux yeux écarquillés, désireuse de faire bonne impression. Vous, le sceau d’approbation.

Je suis tout de suite tombée amoureuse de vous. Bien sûr, il y avait des tensions entre nous, mais vous avez essayé de les réduire. Nous avons marché et parlé pendant des heures. Et nous avons discuté de la famille, de nos intérêts et de nos désirs futurs.

Nous avons plaisanté sur la rivalité footballistique et nous nous sommes profondément immergées dans la politique. Nous avons même parlé de nos croyances. Et nous sommes rapidement devenues amies.

Le jour de mon mariage, je me souviens avoir vu mon mari danser avec vous.

Votre visage brillait de joie, mais il y avait autre chose. Tristesse ? Nostalgie ? Incertitude ? J’aurais dû faire plus attention. Des années plus tard, après la naissance de notre premier enfant, vous êtes venue chez nous et vous avez repris notre maison : nettoyer la cuisine, cuisiner, laver les tire-lait.

Vous m’avez offert tellement d’aide que, au début, j’étais amoureuse de votre générosité. Mais trois semaines plus tard, il est devenu clair que vous n’aviez pas l’intention de partir. Interrogée sur le billet de retour, vous avez répondu que vous n’en aviez pas.

Vous avez simplement dit, « j’attendais simplement que tu me dises que tu n’avais plus besoin de moi ».

À l’époque, je ne pouvais pas comprendre pourquoi ces mots me bouleversaient. Mais ils m’ont complètement chamboulée. Je rembobine ces mots aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que vous venez de sortir de chez moi après ce qui ne peut être décrit que comme une visite de l’enfer.

À partir du moment où vous êtes arrivée, j’ai compté les minutes jusqu’à votre départ. Tout au long de votre visite, vous avez critiqué notre style d’éducation, pris en charge la cuisine et pris la position de chez de ma maison.

Vous m’avez reproché de réveiller mon mari le matin pour m’aider avec les enfants. Vous m’avez avisé que nos tactiques disciplinaires ne fonctionnaient pas. Et vous avez même demandé si j’avais l’intention d’apprendre à mon enfant à être propre.

Je vous promets, j’ai failli jeter une pierre sur votre voiture et crier : « ne revenez jamais ! »

Quand vous êtes partie, j’ai réalisé que j’étais dans une confusion totale, car je vous ai embrassé sur la joue et je vous ai demandé de revenir bientôt. Que de chemin parcouru entre les promenades amusantes et la soupe maison.

Je suis assise ici, réfléchissant, essayant de comprendre ce qui s’est passé entre nous.

Et je me rends compte que c’est en partie ma faute. Je n’arrive pas à fixer des limites. Mais ça ? C’en est une ! Je ne veux pas détester votre compagnie. Je veux vous donner la même grâce et le même amour que j’ai reçu pendant tant d’années.

Donc, sur ce ton, je pense qu’il est temps pour cette conversation…

Je vous aime et je vous respecte. Et je sais que vous avez élevé trois merveilleux enfants. Mais pour l’amour de Dieu, laissez-moi élever le mien. J’ai toujours apprécié vos conseils sur tant de choses : le shopping, la cuisine, l’achat de meubles, etc.

Notre amitié est quelque chose de précieux, mais il y a des limites que vous ne pouvez pas franchir sans l’endommager. Pour être claire, ces limites sont tracées avec du feutre autour de mon enfant.

Cela signifie que vous ne pouvez pas me dire ce que mon enfant devrait ou ne devrait pas manger. Il ne faut pas rire du fait que mon bébé est toujours dos à la route dans son siège auto. Vous ne devriez pas mentionner avec désinvolture que vos fils ont joué dehors sans surveillance dès l’âge de 3 ans.

D’ailleurs, vous n’avez pas non plus le droit de dire que notre école maternelle a l’air démodé et poussiéreux. Vous m’entendez ? Je comprends que tout cela vous inquiète, mais c’est mon enfant, mes soucis.

Mais en tant que maman de ce foyer, je vous assure que nos choix parentaux sont intentionnels, vérifiés et faits en couple. Je suis sûre que cela vous choquera probablement, mais je pense que vos « douces recommandations » condamnent la critique.

Vous savez qu’il n’y a rien d’aussi intime, personnel ou important que le rôle d’un parent. Votre fils et moi faisons de notre mieux. Vos commentaires indésirables sont comme des critiques. Et ils ne sont pas les bienvenus.

Et il y a autre chose. Je sais que ce sera douloureux à entendre, mais mon but n’est pas de vous blesser. Pourtant, vous devez l’entendre : votre rôle de parent est terminé.

Votre fils est un homme merveilleux. Mot-clé : homme. Il n’a plus besoin d’être éduqué, ma chère belle-mère ! Et son enfant ? Il a une mère. Vous vous souvenez quand vous êtes restée « à attendre que nous vous disions que nous n’avons plus besoin de vous » ?

Eh bien, nous n’avons plus vraiment besoin de vous.

À lire aussi : 9 Signes qui prouvent que votre belle-mère détruit votre relation amoureuse