Skip to Content

Comment vaincre la peur que tout peut nuire à votre enfant ?

Comment vaincre la peur que tout peut nuire à votre enfant ?

Si dans votre maison, un yo-yo est considéré comme dangereux pour votre enfant (oui, il peut enrouler le fil autour du cou et s’étouffer avec, mais quelles sont les chances ?), vous faites partie d’une culture parentale obsessionnelle-compulsive.

Comment se débarrasser de la peur que TOUT puisse nuire à votre enfant ?

Si vous vous demandez dans quelle direction évolue notre culture, vous le découvrirez dans un article récemment publié dans le New York Times, dans lequel Nicole Comfort, une journaliste de Seattle, décrit une situation où son mari a paniqué pour la première fois à cause de quelque chose de totalement inoffensif.

À savoir, il a remarqué un point rouge sur les lèvres de leur enfant de quatre ans et a immédiatement commencé à chercher sur Internet de quoi il pouvait s’agir.

Les résultats l’ont tellement bouleversé qu’il a même « dû mettre sa tête entre ses genoux pour ne pas s’évanouir ». Bien sûr, avec suffisamment de recherches, il a trouvé des preuves que le point rouge pouvait signifier que son fils souffrait d’une maladie mortelle. 

Ce qui n’était, bien évidemment, pas le cas !

Mais à ce moment-là, un parent obsessionnel-compulsif est né

Peu à peu, les inquiétudes de Mike ont commencé à métastaser. Il a commencé à avoir peur des myrtilles qui poussaient dans leur jardin (et si les produits chimiques s’infiltraient dans le sol ?).

Il interdisait à son fils de manger des « restes » (botulisme !) et il ne démarrait pas sa voiture si son fils était dans le jardin. En effet, il avait peur de lui rouler dessus par inadvertance ! Je ne commenterai même pas sur ce point.

Une fois, après avoir mis du vieux bois dans le poêle, il était déprimé, car il pensait que le bois était « probablement traité à l’arsenic » et qu’il avait empoisonné sa famille. 

Encore une fois, ce n’était bien évidemment pas le cas !

D’un point de vue diagnostique, il s’agit d’un trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Mais c’est aussi la parentalité moderne. Le pauvre homme est dans un état pire que la plupart, mais il se tient – tremblant, hyperventilant – sur une plate-forme construite pour TOUS LES PARENTS, grâce à toute l’industrie dédiée à la protection de l’enfance.

Prenez un exemplaire de n’importe quel magazine destiné aux parents et vous allez vous retrouver dans ce nouveau monde anxieux.

L’un des titres archétypiques de ces magazines est « Dix risques cachés pour la santé dans votre maison ».

Danger numéro un ?

Panier à linge.

Suivant le même schéma dans lequel des dangers à peine existants deviennent des menaces immédiates, le magazine écrit que les paniers à linge en fil recouverts de tissu peuvent sembler sûrs, mais que se passe-t-il si le fil se détache soudainement alors que votre enfant est à proximité et LE PIQUE DANS LES YEUX ?

Notre culture transforme les soucis parentaux normaux en quelque chose de beaucoup plus grand.

Une grande partie de l’entreprise dédiée à la parentalité réussit grâce aux encouragements des TOC. C’est pourquoi au bout de ce qui ressemble à une tétine très simple, il y a des petits sacs en filet – des mini sacs alimentaires (!).

Mettez, disons, une fraise dedans et laissez l’enfant la manger À TRAVERS LE FILET pour qu’il ne s’étouffe pas. Et il existe des genouillères pour bébés, des casques pour bébés et même des cours qui enseignent aux enfants à ramper, dans des salles spéciales qui sont annoncées comme un endroit « sûr » pour apprendre cette compétence.

Comme si votre maison était une zone de guerre.

Dans son texte, Nicole dit que son mari et elle ont finalement trouvé un expert qui leur a expliqué que le comportement parental obsessionnel-compulsif de Mike se concentrait principalement sur la contamination.

Et qu’il utilisait des recherches sur Internet pour se débarrasser des peurs. En tant que drogue addictive, la persuasion avait de moins en moins d’effet à chaque fois, il lui a donc fallu de plus en plus pour surmonter la peur.

Mais lorsque vous vivez dans une société qui ne vous oblige même pas à faire beaucoup de recherches pour découvrir le danger, il est presque impossible de rester normal. Est-ce que vous avez entendu parler du cas des chaussettes avec une petite boule sur les doigts ?

Ces chaussettes pour enfants ont été retirées de la vente parce qu’il y avait un risque que cette boule se détache de la chaussette, tombe et étouffe l’enfant. Bien entendu, cela arrive souvent et tous les enfants mettent tout et n’importe quoi dans la bouche.

Je ne me moque pas… J’aimerais simplement que vous compreniez jusqu’où cela peut aller.

Si vous vivez dans un environnement où une chaussette avec une boule est considérée comme un danger mortel, vous faites partie d’une culture parentale obsessionnelle-compulsive.

La thérapie pour les parents obsessionnels compulsifs fonctionne aussi pour les autres parents.

La thérapie donnée à Mike l’obligeait à s’exposer aux choses qui lui faisaient le plus peur – comme porter des chaussures sales dans la maison. Et à veiller à ce que cela ne conduise pas à la mort.

Nous avons tous besoin d’une thérapie d’exposition. Peut-être que nous devrions tous visiter des pays où ils n’ont pas peur des chaussettes avec des boules et où leurs enfants sont encore en vie.

Ou un endroit où les parents ne passent pas leur temps à rassembler les conseils les plus fous du magazine des parents. D’ailleurs, vous savez quel est un autre danger mortel pour votre enfant ?

Les ongles en acrylique ! Yep ! C’est un nid à infections. Alors, méfiez-vous des manucures mortelles !

Une autre suggestion est d’encourager les enfants à faire de nouvelles choses par eux-mêmes, sans vous. De cette façon, vous pouvez voir à quel point vos enfants sont intelligents et en sécurité.

C’est même bien si les enfants se font un peu mal, car comme ça vous comprendrez que ce n’est pas non plus la fin du monde.

La véritable dépendance qui règne aujourd’hui parmi les parents est la croyance qui ronge le cerveau et épuise la joie.

Et cette croyance est la suivante :

Nous pouvons protéger nos enfants et les mettre complètement en sécurité seulement si nous contrôlons chaque variable. Si nous surveillons chaque interaction… Et, bien sûr, si nous jetons le panier à linge.

Il est temps de vous détacher de cette croyance, si vous voulez mettre fin à votre TOC. 

À lire aussi : Si votre enfant est parfait, quelque chose ne tourne pas rond