Please assign a menu to the primary menu location under menu

BonheurMotivation / InspirationVie

Si je garde le sourire même dans l’adversité, c’est parce que je crois en l’existence d’une force supérieure

La croyance, que ce soit en Dieu ou en une force supérieure est individuelle et subjective. Chacun les siennes. Elles se développent au fil de nos apprentissages et à l’orée de notre éducation ou du milieu socio-culturel dans lequel on évolue.

Bref, elles sont propres à chacun et aucune croyance ne vaut plus qu’une autre.

La prière m’a beaucoup aidée et m’aide encore

Pour ma part, croire en Dieu m’a sans aucun doute permis d’affronter la vie et ses difficultés. Il est une source de réconfort et un véritable guide spirituel. Je prie régulièrement pour sa miséricorde.

Et chaque fois, mes prières sont libératrices et m’aident à retrouver le sourire. Je sens sa présence. Elle me guide vers la lumière. Sa force compense mes faiblesses et m’aide à avancer.

Et croyez-moi, je ne dis pas cela à la légère. Je n’ai pas eu la vie facile et j’ai dû faire face à de nombreuses épreuves. Aujourd’hui et vue de l’extérieur, ma vie peut sembler parfaite et idéale.

Mais j’ai relevé de nombreux défis et ma force a été testée à de nombreuses reprises. Souvent, mes prières ne sont que sanglots et doutes exprimés à haute voix… Mais presque instantanément, je sens cette entité divine qui m’entoure et me galvanise par sa force.

Presque qu’instantanément, j’ai l’impression qu’il m’envoie un message ; soit sous la forme de l’appel d’un ami, d’un geste attentionné venu d’un étranger ou d’une porte qui s’ouvre.

Mais le plus souvent, la prière ne m’apporte rien d’autre qu’une forme de chaleur qui irradie à travers mon corps. Une chaleur réconfortante et rassurante. Une chaleur qui m’envahit et me permet de retrouver confiance en moi.

Mais ce qui est certain, c’est que :

les croyances (quelles qu’elles soient) nous permettent de traverser les épreuves et de les surmonter.

J’ai appris quelque chose au fil des années : si Dieu ne nous épargne pas les douleurs, il nous arme pour les surmonter et nous fait don de sa force. D’une manière ou d’une autre, on finit toujours par guérir, même si parfois cela prend beaucoup de temps.

Et la guérison ne s’effectue pas toujours comme l’on pourrait s’y attendre. Parfois, la douleur ne disparait pas mais on trouve un moyen de l’accepter et de vivre avec.

Loin de moi l’idée de faire du prosélytisme. Je le répète une fois encore, chacun est libre de ses croyances. Mais je pense sincèrement que nous croyons tous en quelque chose. Pour ma part, je crois en Dieu.

Que l’on soit agnostique, déiste, catholique, musulman ou bouddhiste, nos croyances sont souvent la seule chose qui nous permet de tenir bon. La vie serait tellement vide sans cette force supérieure qui nous accompagne le long du chemin…

Nous sommes définis par nos croyances et nos croyances se forment à partir de ce que l’on est

C’est en fait une sorte de cercle vertueux ou chacun se nourrit de l’autre.

Nos croyances participent à faire de nous ce que nous sommes. Elles participent aussi à définir ce que sera notre avenir. Parce que nos croyances sont vivantes et agissent nous nous.

La vie est compliquée et elle est surtout semée d’embuches. Nous avons tant de choses à gérer : notre vie amoureuse, notre vie familiale, nos amitiés, notre vie professionnelle, nos objectifs, nos rêves, etc. La liste est encore longue !

Et les échecs, les déceptions, les abandons, les deuils font partie de l’équation. Comment faire pour les surmonter ?

Comment faire pour avancer malgré les souffrances ?

Bien-sûr, il s’agit avant tout d’être entouré et de pouvoir compter sur ses proches. Mais c’est là aussi que nos croyances entrent en jeu et peuvent influer grandement sur notre gestion des événements malheureux ou même heureux.

Les croyances, même philosophiques (peut-être êtes-vous un cartésien !) sont un pilier, une référence. Elles sont un point d’ancrage et elles nous permettent de savoir qui l’on est, d’avoir quelque chose à quoi se raccrocher.

Quand on veut prendre un nouveau départ et effectuer une transition de vie, les croyances deviennent un élément fondamental de ces processus. Elles nous aident à structurer nos désirs, nos envies, nos valeurs, etc.

Bref, croire est primordial et d’ailleurs (comme je le disais précédemment), tout le monde a des croyances. Elles sont, contrairement à ce que l’on pourrait croire une véritable ouverture sur le monde et sur les autres.

Elles sont surtout parmi ces choses qui nous permettent de tenir le coup et de relever la tête, malgré les épreuves.