Skip to Content

Je n’oublierai jamais comment ma propre mère a volé mon enfance

Je n’oublierai jamais comment ma propre mère a volé mon enfance

Je pense que ma mère souffrait d’un trouble de la personnalité narcissique et du syndrome de Minhausen.

En lisant des mots du journal de ma défunte mère, j’ai finalement obtenu des réponses aux questions qui m’avaient tourmentée toute ma vie. À savoir, lorsque j’étais enfant, je croyais que ma mère était aux prises avec le syndrome de fatigue chronique, une maladie épuisante avec des symptômes tels que des douleurs articulaires et un épuisement extrême.

Mais trois ans après sa mort, j’ai découvert que ma mère avait simulé sa maladie pendant 28 ans. Elle a en fait montré les signes classiques du syndrome de Minhausen, une condition dans laquelle une personne produit intentionnellement les symptômes d’une fausse maladie.

J’ai été choquée ! C’est peu de le dire…

Je me suis sentie brisée lorsque j’ai découvert un côté complètement différent de l’histoire – celui dans lequel j’ai été négligée tout au long de mon enfance tandis que ma mère tissait une toile de mensonges pour se faire passer pour une victime.

Mes parents ne m’emmenaient nulle part. Il n’y avait pas de promenades en famille ou à vélo et nous ne rendions pas visite à d’autres parents. La vie tournait juste autour de ma mère et de sa maladie.

Elle s’attendait à ce que je m’amuse et prenne soin de moi pendant les week-ends et les jours fériés. Maman me disait qu’elle ne pouvait même pas m’accompagner jusqu’au magasin du coin.

Mais quand j’étais à l’école, elle faisait souvent les courses avec des amies ou allait déjeuner avec mon père. Tout était écrit dans ses journaux intimes.

J’avais sept ans lorsque j’ai appris le diagnostic de ma mère.

Je ne me souviens pas que ma mère ait reçu un diagnostic de syndrome de fatigue chronique, mais je me souviens qu’elle m’a dit qu’elle l’avait. Parfois, elle disait que prendre soin de moi la rendait pire.

Dans ma jeunesse, j’ai appris à ne pas la déranger. S’il y avait des problèmes avec des amis ou à l’école, je le gardais pour moi.

Dans un journal, elle a écrit sur le fait d’aller à la récolte de pommes et de s’amuser lors d’excursions d’une journée. Pourtant, elle n’arrêtait pas de me dire – et aux médecins – qu’elle dormait 19 heures par jour.

Quand j’ai lu les journaux, j’ai commencé par les dernières années de la vie de ma mère et les événements que je pouvais comparer directement avec mes expériences.

J’étais brisée par les contradictions, les mensonges tordus et déformés. Elle m’a traitée de noms désobligeants et, dans des écrits ultérieurs, elle a traité mes enfants de gros.

Il n’y avait aucune affection et elle était toujours une victime.

Il y avait aussi des détails sur la façon dont elle m’a maltraitée quand j’étais bébé.

Quand j’avais six mois, mes parents m’ont emmené en vacances en famille. L’entrée du journal de maman disait :

Je l’ai mise au lit à 7 h 30. J’ai mangé et me suis assise au bar et j’ai parlé avec mes proches jusqu’à 11 h 30. Je suis allée à la plage et je suis revenue. Il fait très chaud.

Je ne pouvais pas croire ce que je lisais. Il y a une différence entre laisser son enfant uniquement pour aller dîner et le laisser quatre heures pendant que vous êtes assise au bar et que vous vous promenez sur la plage.

Une autre page de son journal a révélé comment elle m’avait donné du whisky pour m’aider à dormir. D’ailleurs, elle m’a aussi manipulée pour que je pense que mon père, qui souffrait d’une maladie cardiaque, pouvait mourir à tout moment.

Quand j’avais dix ans, ma mère m’a dit que mon père pouvait mourir à tout moment.

Depuis lors, j’ai ressenti une grande responsabilité envers mes parents, croyant que je devrai être la seule tutrice de ma mère si le pire devait arriver. Je croyais vraiment que je devrais peut-être quitter l’école et abandonner mon avenir pour m’occuper d’elle.

Ce qui a accru mon anxiété. Je me sentais misérable et mal aimée.

À 21 ans, j’ai rencontré mon futur mari, aujourd’hui informaticien de 42 ans. Nous avons eu deux enfants.

Mais au lieu de tomber amoureuse de ses petits-enfants, ma mère n’a pas aimé leur arrivée.

Elle ne pouvait pas supporter de ne pas être le centre d’attention et elle faisait diverses choses pour ramener l’attention sur elle-même. Elle me disait à quel point elle se sentait mal, alors les déjeuners de famille étaient interrompus ou les visites étaient annulées à la dernière minute.

Cependant, il était clair dans ses journaux intimes qu’elle aimait faire semblant qu’elle n’allait pas bien et l’attention qu’elle recevait.

À l’époque, elle prétendait d’ailleurs avoir la maladie de Parkinson. Mais les tests se sont avérés peu convaincants – suscitant les soupçons de tous.

Ma mère n’arrêtait pas de m’appeler et il y avait toujours un nouveau drame ou une nouvelle situation médicale qui nécessitait une attention.

Sa plus grosse erreur a été lorsqu’elle a essayé de jouer la maladie de Parkinson. Alors que le comportement de ma mère devenait de plus en plus étrange, j’ai cherché sur Internet et je suis tombée sur un site Web qui écrit sur le trouble de la personnalité narcissique, qui mentionne le syndrome de Minhausen.

C’est à ce moment-là que les choses ont commencé à prendre du sens.

Le journal intime de ma mère a été révélé il y a six ans, lorsqu’elle est décédée dans une maison de soins infirmiers à l’âge de 68 ans après avoir contracté une infection.

Il m’a fallu trois ans pour être prête à lire les journaux intimes de ma mère – ce qui a finalement confirmé tous mes doutes.

Pourtant, j’ai été brisée par sa mort car, même si elle voulait que les choses soient différentes, elle était toujours ma mère et je l’aimais.

J’étais très triste quand j’ai lu les journaux. Et même si je m’en doutais un peu, la vérité a été bien pire. Je n’oublierai jamais comment mon enfance a été volée par ma propre mère.

Elle m’a donné la vie – mais elle a tout fait pour la rendre malheureuse.

À lire aussi : Les gens avec des parents toxiques ont TOUS ces 3 Problèmes